Texte, conception, mise en scène Thomas Gaubiac
Avec Catherine Depont et Thomas Lonchampt
Collaboration artistique Florence Lecci
Scénographie / Costumes Malika Chauveau
Lumière Nicolas Simonin
Son Olivier Renet
Régie générale Julien Pulicani
Administration Cécile Pennetier – Un je ne sais quoi

Production Rosa M
Soutiens en 2018 : Aide à la Résidence/DRAC Centre-Val de Loire
Soutiens en 2019 : Parcours de Production Solidaire/Région Centre-Val de Loire ; Ville de Chartres ; Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, Aide à la Résidence/DRAC Centre-Val de Loire
Soutiens 2020 (en cours) : Aides au projet DRAC Centre-Val de Loire et Région Centre-Val de Loire ; Ville de Chartres ; Conseil Départemental d’Eure-et-Loir
Coproductions (en cours) : Théâtre de Chartres, EPCC Issoudun/Centre Culturel Albert Camus, Théâtre de la Tête Noire - Saran

Création automne 2020 au Théâtre de Chartres

Après avoir mis en scène pour d’autres compagnies : L’Aquarium de Louis Calaferte (2005), Échantillons de solitude (2006), La Maison du bout du - de Philippe Minyana (2006/2008), Hiver de Jon Fosse (2008) et Le Dindon de Georges Feydeau (2008/2009), il crée en 2010, avec la compagnie Rosa M, Une Belle Journée [l’harmonie #1] sur un texte de Noëlle Renaude. Suivront De l’Amour des Orchidées (une conférence de Katya Strauss) [l’harmonie #2], qu'il écrit à partir de manuels d'éducation sexuelle datant des années 1940, en 2011 et Le mois de Marie (un lever de rideau) une miniature harmonieuse sur un texte de Thomas Bernhard en 2013 et Léonie est en avance (que l'amour doit donc être doux) [l’harmonie #3] en 2016.

Thomas Gaubiac est par ailleurs comédien.

Il a travaillé, entre autres, avec Jacques Kraemer, Patrice Douchet, Philippe Berling, Julie Brochen, Yann Bonny, Cendre Chassanne. Il poursuit une activité de formateur et pédagogue en intervenant régulièrement auprès de lycéens élèves en options théâtre, dans des ateliers de pratique artistique, des stages (Conservatoire de Tours).

Il est auteur de chansons qu’il interprète dans le spectacle Et dans tes bras je goûterais l’oubli de moi (concert de chambre) qui sera créé en février 2020.

Conte d’amour est son quatrième texte écrit pour la scène après, De l’Amour des Orchidées (une conférence de Katya Strauss) créé en 2011, L’harmonie (mes bras n’étreignent que du vent) qui a fait l’objet de plusieurs mises en voix notamment au Théâtre Olympia/CDN de Tours et dans la cadre du festival Désir… désirs (37) et Les sportives qui a reçu les encouragements du comité de lecture du Théâtre du Rond-Point.

CONTE D'AMOUR

THOMAS GAUBIAC

Il était une fois,
une grosse dame qui vivait seule et ne sentait pas bon.
Une infinie tristesse s’était emparée d’elle.
(Sur son visage on pouvait lire les chagrins qui l’avaient fêlée au cours de la vie).
Comme elle était la risée des enfants et des gens,
elle vivait recluse dans sa petite maison et ne sortait plus.
Ses journées se répétaient, inlassablement.
Rien ne semblait plus lui faire plaisir.
Elle attendait seulement que la nuit vienne et que la vie finisse enfin.
Mais un jour,
un garçon timide vint sonner à sa porte.
On ne sait pas pourquoi.
Il vint puis revint puis revint encore.

Thomas Gaubiac