Avec Tiago Costa, Eduardo Molina, Nuno Nolasco, Tiago Mansilha, Julian Isenia, Joele Anastasi, Antonio L. Pedraza, Daniel Matos, Borja Lopez, Antonio Pauletta, Angélica Liddell, Sindo Puche.
Texte, mise en scène, scénographie et costumes Angélica Liddell
Directeur de production et diffusion Gumersindo Puche
Assistant de production Borja Lopez

Production Iaquinandi S.L.
Coproduction Teatros del Canal (Madrid); La Colline - Théâtre National ; CDN Orléans / Centre-Val de Loire ; laquinandi, S. L.
Avec la collaboration du Teatro Nacional D. Maria II (Lisbonne) ; BoCA - Biennal of Contemporary Arts (Lisbonne/Porto)

Sur le plateau du théâtre et dans chacune de ses propositions artistiques, Angélica Liddell est à la fois auteure, metteuse en scène, scénographe, comédienne, performeuse. Depuis 1993 et la création de sa compagnie Atra Bilis (Bile Noire), elle décline les mots de la douleur, entre confessions intimes et imprécations puissantes. Chez elle « tout passe par le corps pour atteindre l'esprit ». Et rien ne semble l'arrêter pour creuser au plus profond de l'inexplicable et de l'inexprimable. Tout ce qui se cache dans les zones les plus sombres de l'être humain, les zones les plus dangereuses à traverser, constitue pour Angélica Liddell des appuis pour révéler une beauté qui pourrait sauver. Venue pour la première fois au Festival d'Avignon avec L'Année de Richard et La Casa de la Fuerza (2010), puis avec Maudit soit l'homme qui se confie en l'homme (2011), Ping Pang Qiu et Todo el cielo Sobre la Tierra (El Sindrome de Wendy) (2013), elle est constamment loin des provocations gratuites. Totalement investie dans le cérémonial qu'elle invente sur le plateau, Angélica Liddell surprend en refusant de « feindre avec la vérité », en organisant minutieusement le chaos.

Lisez le texte critique de Marion Siéfert, Tirez sur la sorcière

Nous sommes à la recherche de trois acteurs figurants, professionnels ou amateurs, pour participer à cette création.
Les trois figurants devront correspondre à la description suivante :

Jeune femme
- entre 18 et 20 ans environ
- cheveux très courts ou rasés (ou acceptant de se les faire couper très courts pour la création), à l'aise avec la nudité sur scène, angélique, sans tatouage

Jeune homme 1
- entre 18 et 20 ans environ,
- à l'aise avec la nudité, sans tatouage

Sur le plateau
Ces deux jeunes comédiens n’auront pas de texte dans le spectacle. La nudité sera traitée dans le spectacle d’un point de vue esthétique. Angélica Liddell travaillera avec les deux jeunes acteurs comme dans un tableau de la Renaissance, représentant les personnages d’Adam et Eve.

Pour candidater
Jeune femme
- CV, photos, petite vidéo où elle nous montre quelque chose inspirée par cette musique : https://www.youtube.com/watch?v=JRKZh6RNgCc
Jeune homme 1
- CV, photos, vidéo courte où il sera maquillé avec du rouge à lèvres. Il doit réciter l'alphabet puis danser sur cette chanson : https://youtu.be/MhuTaD-B4qs


Jeune homme 2
- de 18 ans minimum, allure adolescente
- beau, maigre, cheveux longs, moins d'1,75m et ressemblant à Tadzio de Visconti.

Sur le plateau
Il entre en scène, habillé, les lèvres maquillées. Il embrasse un buste en plâtre de Socrate, puis sort. Tous les comédiens sur scène pendant son intervention seront habillés.

Pour candidater
- CV, photos, vidéo courte où il sera maquillé avec du rouge à lèvres. Il doit réciter l'alphabet puis danser sur cette chanson: https://youtu.be/MhuTaD-B4qs

Ces courtes vidéos (ou le lien vers la vidéo) seront à envoyer, avec CV et coordonnées, à l’adresse suivante : dumon@cdn-orleans.com avant le 15 novembre 2018.

Planning de travail et rémunération
Répétitions entre le 29 novembre et le 5 décembre 2018 (nombre de jours à confirmer) : rémunération de 53 euros bruts pour un service de 4 heures par jour
Représentations les 6 et 7 décembre : rémunération de 138 euros bruts par jour.


THE SCARLET LETTER

JEUDI 6 DÉCEMBRE 20H30
VENDREDI 7 DÉCEMBRE 19H30

Durée estimée : 1h40 - spectacle en espagnol surtitré en français - salle Jean-Louis Barrault
Déconseillé aux moins de 16 ans

Sur le plateau du théâtre et dans chacune de ses propositions artistiques, Angélica Liddell est à la fois auteure, metteure en scène, scénographe, comédienne. Elle s’impose par son univers baroque, mêlé d’autobiographie et de fulgurances pamphlétaires, et conçoit la scène comme un espace de résistance. La torera de la performance espagnole semble prendre la douleur du monde sur le plateau, en elle, déplace la sauvagerie de certains dysfonctionnements collectifs sur l’intime de son propre corps, un corps souvent soumis à rude épreuve, malmené, violenté, tourmenté jusque dans sa chair, qui cherche une expiation par le geste artistique. Animée par un engagement physique et moral sans limites, avec son théâtre de la douleur, elle s'attaque ici au roman phare de la littérature américaine, La Lettre écarlate. Le A d’adultère devient le A d'Artiste, l’art comme acte de rébellion et tentative de rédemption.

NOUS VIVONS DE MANIÈRE BEAUCOUP TROP PROPRE, ALORS QUE NOS DÉSIRS SONT FAITS DE BOUE. J'ÉCRIS MES SPECTACLES À PARTIR DE CETTE BOUE, PAS DU JUGEMENT. L'ART N'EST PAS LA LOI, NI UNE ORGANISATION D'ASSISTANTES SOCIALES. C'EST UN ACTE D'ÉPIPHANIE INDIVIDUELLE. TROP DE GENS CONFONDENT AUJOURD'HUI L'EXPRESSION ET LA CORRECTION. Angélica Liddell

RENDEZ-VOUS

Jeudi 6 décembre à 19h
Angélica Liddell, une écriture
Christilla Vasserot, traductrice et Alexandra Moreira Da Silva, responsable de la collection "domaine étranger" aux éditions Les Solitaires Intempestifs
Atelier du CDNO

TOURNÉE

La Colline - Théâtre national
Du 10 au 26 janvier 2019

Teatro Nacional D. Maria II, Lisbonne
1er et 2 février 2019

Teatros del Canal, Madrid
Du 14 au 16 février 2019