Avec Marie Bos, Séverine Chavrier, Laurent Papot
Et la participation d'élèves du Conservatoire de Musique

Mise en scène Séverine Chavrier
D'après Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard (traduction de Michel Nebenzahl) 

Scénographie Benjamin Hautin
Dramaturgie Benjamin Chavrier
Lumière Patrick Riou 
Son Frédéric Morier
Vidéo Jérôme Vernez
Assistanat à la mise en scène Maëlle Dequiedt
Assistanat Scénographie Louise Sari
Construction du décor Atelier du Théâtre de Vidy

Production Théâtre de Vidy – Compagnie La Sérénade Interrompue
Coproduction Odéon Théâtre de l’Europe – CDN Besançon Franche-Comté
Avec le soutien de la SPEDIDAM, Pro Helvetia - Fondation suisse pour la culture et DRAC- Île de France

Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard (traduction de Michel Nebenzahl) est publié chez l'Arche Editeur, agent théâtral du texte représenté

Directrice du CDN Orléans / Centre-Val de Loire, Séverine Chavrier est musicienne et metteuse en scène. Sortie du Conservatoire de Musique de Genève, elle se forme au jeu d'acteur auprès de Michel Fau, François Merle ou encore Rodrigo Garcia. Elle conçoit ses spectacles à partir de toutes sortes de matières : le corps de ses interprètes, le son du piano préparé, les vidéos et la parole inspirée par les auteurs qu’elle affectionne (Hanokh Levin, James Graham Ballard...). Entre 2014 et 2016, elle est invitée à créer, au Théâtre Vidy-Lausanne, Les Palmiers sauvages, d’après William Faulkner, et Nous sommes repus mais pas repentis, d’après Thomas Bernhard, présentées à l’Odéon-Théâtre de l’Europe en 2016. Depuis 2015, elle mène un travail au long cours avec Après coups, Projet Un-Femme dont les deux premiers volets ont été présentés au Théâtre de la Bastille, réunissant des artistes femmes venues du cirque et de la danse.
En savoir plus

C’est la folie des relations familiales qu’explore avec hystérie ce texte rythmé comme un cacophonique concerto, au son, toujours recommencé, de vaisselle qui se brise. Une composition quasi musicale que ce spectacle en ombres et lumières qui flirtent aussi avec les terreurs du cinéma expressionniste. Car on pourrait avoir peur. 
Fabienne Pascaud / Télérama

Drôle, tragique et rageur, le spectacle pousse l’exaspération et la haine de la famille à l’extrême, tout en provoquant des situations burlesques.
Sophie Joubert / L'Humanité

Télécharger la revue de presse

NOUS SOMMES REPUS
MAIS PAS REPENTIS

(Déjeuner chez Wittgenstein)

mercredi 21 février 20h30
jeudi 22 février 19h30
vendredi 23 février 20h30

Durée : 2h50 (avec entracte) - salle Jean-Louis Barrault

Un homme et ses sœurs arpentent un sol jonché de vaisselle cassée. Entre mise en scène de soi et mise à l'épreuve de l'autre, ces trois êtres, tout de violence contenue et de rêves avortés, se débattent avec l'héritage familial et celui d'une vieille Europe hantée par la persistance plus ou moins camouflée des tentations fascisantes.
Séverine Chavrier livre une version fracassante de la pièce de Thomas Bernhard, Déjeuner chez Wittgenstein, dans un spectacle tout de bruit et de fureur, un "repas à coups de marteau" où il ne s'agit pas de recoller les morceaux mais bien de les briser encore, avec une véhémence noire qui n'exclut pas l'humour, bien au contraire.

Rendez-vous

Lundi 19 février 2018 à 19h00
En relisant Thomas Bernhard par Tanguy Viel, écrivain
En partenariat avec la librairie Les Temps Modernes
Atelier du CDNO

Mardi 20 février 2018 à 20h00
Sous-sols
Film réalisé par Ulrich Seidl
Cinéma Les Carmes

Jeudi 22 février 2018 à l'issue de la représentation
Rencontre avec l’équipe
Atelier du CDNO


EN TOURNÉE

T2G - Théâtre de Gennevilliers
Du 8 au 17 mars 2018

Tandem : Théâtre d'Arras / Hippodrome de Douai
Du 20 au 22 mars 2018

Centre Dramatique National de Tours - Théâtre Olympia
Du 3 au 7 avril 2018