NAISSANCE D'UN PONT

Avec les voix de François Chattot, Marie-Sophie Ferdane, Laurent Poitrenaux, Julie Moulier, Nicolas Bouchaud, Alain Fromager, Anthony Jeanne

texte Maylis de Kerangal
musique et réalisation Daniele Ghisi
direction d’acteurs, adaptation et réalisation Jacques Vincey adaptation Emmanuelle Zoll
metteur en scène Jacques Vincey
ingénierie sonore Jérémie Henrot
conseiller scientifique Ircam-STMS Thibaut Carpentier

Co-production Ircam-Centre Pompidou / Centre Dramatique National de Tours. Avec le soutien de la Sacem.

L'AUTRE FILLE

Avec la voix d'Annie Ernaux et la musique enregistrée par les musiciens de l’ensemble l’Instant Donné Nicolas Carpentier (violoncelle), Maxime Echardour, (percussions), Mayu Sato-Brémaud (flûte)

texte Annie Ernaux
composition Aurélien Dumont
adaptation et réalisation Daniel Jeanneteau design sonore et réalisation Augustin Muller ingénierie sonore Sylvain Cadars

Co-production Ircam-Centre Pompidou / Théâtre de Gennevilliers. Avec le soutien de la Sacem.

BACCHANTES

texte Céline Minard
musique et réalisation Olivier Pasquet
adaptation et réalisation Thierry Bedard
ingénierie sonore Jérémie Bourgogne
Avec les voix de Bénédicte Wenders, Geoffrey Carey, Julien Cussonneau, Isabelle Mazin, Malvina Plegat, Sabine Moindrot.

Production Ircam-Centre Pompidou. Avec le soutien de la Sacem.

MAYLIS DE KERANGAL
Elle passe son enfance en Haute-Normandie, au Havre. Après avoir étudié à Paris l’histoire, la philosophie et l’ethnologie, elle commence à travailler pour Gallimard jeunesse en 1991. C’est en 2000 qu’elle publie son premier roman aux éditions Verticales, intitulé Je marche sous un ciel de traîne. Rencontrant un certain succès, la nouvelle écrivaine poursuit son aventure en publiant La Vie voyageuse (2003), Ni fleurs, ni couronnes (2006) et Dans les rapides (2007).
Parallèlement à cette profession littéraire, elle crée les éditions du Baron Perché, maison spécialisée en littérature de jeunesse, et pour laquelle elle travaille jusqu’en 2008. Cette même année, elle remporte le prix Médicis et Femina pour son roman Corniche Kennedy(2008). Les prix littéraires sur succèdent par la suite, en 2010 avec son roman Naissance d’un pont, en 2012 pour Tangente vers l’est, et enfin en 2014 pour son œuvre Réparer les vivants. L’auteure s’est également essayée à la littérature pour jeunesse en publiant un album pour enfant en 2011 avec l’illustratrice Alexandra Pichard.

ANNIE ERNAUX
Annie Ernaux passe son enfance à Yvetot, en Normandie. Issue d’un milieu social modeste, elle fait des études en lettres, devient professeure certifiée, puis agrégée de lettres modernes. Son premier roman, Les Armoires vides (1974), annonce déjà le caractère autobiographique de son oeuvre. Mêlant l’expérience personnelle à la grande Histoire, ses ouvrages abordent l’ascension sociale de ses parents (La Place, La Honte), son mariage (La Femme gelée), sa sexualité et ses relations amoureuses (Passion simple, Se perdre), son environnement (Journal du dehors, La Vie extérieure), son avortement (L’Événement), la maladie d’Alzheimer de sa mère (Je ne suis pas sortie de ma nuit), la mort de sa mère (Une femme) ou encore son cancer du sein (L’Usage de la photo, en collaboration avec Marc Marie), construisant ainsi une oeuvre littéraire« auto-socio-biographique ».

CÉLINE MINARD
Céline Minard est née à Rouen et vit aujourd'hui à Paris. Après avoir étudié la philosophie, elle s'attache au travail d'écriture avec R. chez Comp’Act (illus.) en 2004 et La Manadologie, chez MF en 2005. Outre la rédaction de fictions, elle travaille régulièrement avec la plasticienne Scomparo. En 2006, elle décrit dans Le Dernier Mondeun périple halluciné et hallucinant dans une veine du roman d'anticipation sociale. Dans le cadre de la rentrée littéraire 2008, Céline Minard livre un nouveau roman, Bastard Battle, qui reçoit la même année la mention spéciale du jury du Prix Wepler Fondation La Poste. Elle a été pensionnaire de la Villa Medicis en 2007 et 2008. Puis viendront en 2014, Faillir être flingué, publié aux éditions Rivages (Prix du livre Inter) puis en 2016, le Grand Jeu.

Formes hybrides ayant pour vocation de faire découvrir à un nouveau public la musique concrète et les nouvelles technologies développées par l’Ircam, elles révolutionnent les codes de la fiction radiophonique, refusant que la composition musicale n’illustre les propos du récit. Au contraire, le texte scandé est la piste d’une oeuvre plus large, un quasi-opéra, qui en choisissant l’abstraction ajoute à la narration une palette de sens infinis. Immergé dans le roman, on arpente la prose prolifique et déjà musicale de Maylis de Kerangal, qui fait s’entrechoquer dans une oralité saccadée, faite de heurts et de secousses, la technicité du vocabulaire des travaux publics à celui des sensations prosaïques.
Annabelle Martella - LIBÉRATION

MUSIQUES-FICTIONS

Du 4 au 8 janvier

INSTALLATION MUSICALE - Atelier du CDNO, entrée libre sur réservation.

L’Ircam, Institut de recherche et de coordination acoustique/musique fondé en 1977 par Pierre Boulez, Michel Decoust et quelques autres, initie une nouvelle collection de "Musiques-Fictions" : un texte contemporain, une création musicale et le savoir-faire de l’Ircam dans le son du futur, réunis pour une expérience à la fois littéraire et sonore inédite.

Naissance d'un pont

Texte Maylis de Kerangal, 4 épisodes de 25 minutes
Avec les voix de François Chattot, Marie-Sophie Ferdane, Laurent Poitrenaux, Julie Moulier, Nicolas Bouchaud, Alain Fromager, Anthony Jeanne
Metteur en scène Jacques Vincey

Ce roman spectaculaire qui croise les destins d’hommes et de femmes venus en Californie participer à la construction d’un gigantesque pont suspendu est une réflexion sur les effets collatéraux de la mondialisation. Le premier épisode est consacré à l’ouverture du roman et à la rencontre des principaux protagonistes de l'histoire, à leur arrivée dans une Californie mythique.


L'autre fille

Texte Annie Ernaux, épisode de 40 minutes
Avec la voix d'Annie Ernaux et la musique enregistrée par les musiciens de l’ensemble l’Instant Donné Nicolas Carpentier (violoncelle), Maxime Echardour, (percussions), Mayu Sato-Brémaud (flûte)
Adaptation et réalisation Daniel Jeanneteau

Dans ce court récit, Annie Ernaux s’adresse à sa sœur aînée, décédée avant sa naissance, et dont elle a appris l’existence fortuitement, à l’âge de dix ans. Le dispositif de création et de diffusion proposé par l'Ircam permettra de mettre en scène cette lettre sans pourtant l'incarner. Il sera possible de susciter l'intimité de l’auteur par sa voix propre, sa respiration, la présence imaginaire de son corps, dans une restitution spatiale d'une grande délicatesse. Une parole solitaire et secrète, qui restera sans réponse.
Le texte témoigne d'une forme de combat sous-jacent, entre la sœur absente et l’auteur, combat bien involontaire, mais qui donne à cette "lettre" une âpreté particulière.


Bacchantes

Texte Céline Minard, 3 épisodes de 20 minutes
Avec les voix de Bénédicte Wenders, Geoffrey Carey, Julien Cussonneau, Isabelle Mazin, Malvina Plegat, Sabine Moindrot.
Musique et réalisation Olivier Pasquet

Alors qu’un typhon menace la baie de Hong Kong, la brigade de Jackie Tran encercle la cave à vin la plus sécurisée du monde, installée dans d’anciens bunkers de l’armée britannique. Un trio de braqueuses, aux agissements excentriques, s’y est infiltré et retient en otage l’impressionnant stock de M. Coetzer, estimé à trois cent cinquante millions de dollars...
Revisitant avec brio les codes du film de braquage, Céline Minard signe un roman drôle et explosif, où la subversion se mêle à l’ivresse.